Éditorial

Un bilan en deux temps des recherches participatives en éducation

  • Souleymane Barry
  • Nathalie Murray Cégep de Jonquière
Mots-clés: Recherche collaborative, Recherche action, Recherche partenariale, Recherche participative, Bilan

Résumé

Les recherches participatives (RP) ne sont plus à définir ou présenter (Anadon, 2007 ; Bednarz, 2013). Elles sont parvenues à s’imposer dans l’univers des recherches en sciences humaines et sociales comme une autre façon pertinente/valable de faire de la recherche qui tient compte des contextes des acteurs ou participants et de leurs perspectives (Bednarz, 2015 ; Morissette, et al., 2017), et ce, selon la spécificité des formes que peuvent prendre ces recherches (recherche-action, recherche collaborative, recherche partenariale, etc.). On peut, sans risque de se tromper, parler d’une maturité acquise par ce type de recherches conduites « avec » plutôt que « sur » les praticiens, qu’appelait de ses vœux Lieberman (1986). Cette maturité des RP appelle à une réflexion synthèse régulière sur leurs contributions théoriques et méthodologiques majeures ainsi que sur leurs nouveaux défis. C’est dans cet ordre d’idées que nous avons organisé, les 7 et 8 mai 2018, dans le cadre du congrès annuel de l’ACFAS qui se tenait à Chicoutimi, un colloque bilan réunissant des chercheurs d’horizons divers pour faire ensemble le point sur les aspects les plus importants des RP. Pour l’essentiel et sans être exhaustif, le bilan auquel nous avons convié les conférenciers qui, pour la plupart, ont accepté de contribuer à ce numéro thématique.

Publiée
2020-03-05