Les microentreprises féminines et la pandémie de COVID-19 à Brazzaville en République du Congo : simples stratégies ou innovations sociales?

  • Mathias Marie Adrien Ndinga Université Marien Ngouabi

Résumé

L’objectif du présent travail est d’identifier les stratégies développées par les femmes entrepreneures engagées dans les microentreprises et de vérifier si celles-ci constituent des innovations sociales ou de simples stratégies. Pour ce faire, des récits de vie ont été recueillis, pendant la période du confinement pandémique, notamment au mois d’avril 2020. L’analyse de ces récits a montré que les stratégies mises en place par ces femmes sont ambidextres, c’est-à-dire qu’elles associent aussi bien les stratégies d’exploitation que d’exploration. Les stratégies d’exploitation portent sur les déplacements, sur la flexibilité dans la gestion de la main-d’oeuvre et sur l’ajustement des jours et des horaires de travail afin de maintenir un certain niveau d’activité en pleine crise pandémique. Les secondes stratégies d’exploration, quant à elles, portent sur la recherche d’une nouvelle clientèle et sur le développement de nouveaux produits pendant cette période. Les critères de Bund et ses collaborateurs (2013) permettent de montrer que les objectifs visés par les stratégies d’exploration constituent bien des innovations sociales. Enfin, ces résultats ont des implications sur les stratégies d’adaptation et de survie des microentreprises des femmes en période de crise.

Publié-e
2021-05-04
Comment citer
Ndinga, M. M. A. (2021). Les microentreprises féminines et la pandémie de COVID-19 à Brazzaville en République du Congo : simples stratégies ou innovations sociales?. Revue Organisations & Territoires, 30(1), 27-44. https://doi.org/10.1522/revueot.v30n1.1285
Rubrique
Dossier spécial