Capital social et gestion du risque dans les réseaux de l’entrepreneuriat immigré en Afrique centrale : le cas des Maliens au Congo-Brazzaville

  • Théophile Dzaka-Kikouta Université M. Ngouabi de Brazzaville
  • Luyindula G. Davy Makany NIMEC, IAE-Université de Caen Normandie et ESGAE

Résumé

Partant de la littérature sur l’entrepreneuriat ethnique et d’une enquête effectuée en 2010, à Brazzaville,
auprès de 220 répondants parmi les entrepreneurs immigrants maliens, cet article cherche à savoir dans
quelle mesure les performances entrepreneuriales d’immigrants maliens exerçant au Congo-Brazzaville, dans
des PME familiales, procèdent-elles du capital social? Celui-ci signifie un fort degré de réseautage des ressources
ethniques selon Menzies, Brenner et Filion (2003). Nous émettons l’hypothèse que ces entrepreneurs,
implantés au Congo depuis les années 1960, forment une « minorité intermédiaire durable » (Bonacich, 1973).
L’étude identifie les facteurs de succès de cet entrepreneuriat en lien avec la gestion du risque par le recours
au capital social induisant une réduction des coûts de transaction. L’impact de ces entrepreneurs sur le développement
local du pays d’origine et du pays d’accueil est évalué; sont dégagées aussi leurs stratégies d’adaptation
au risque d’éviction du marché, à cause de la concurrence récente des réseaux marchands d’immigrants
chinois.

Publiée
2018-12-01
Comment citer
Dzaka-Kikouta, T., & Makany, L. G. D. (2018). Capital social et gestion du risque dans les réseaux de l’entrepreneuriat immigré en Afrique centrale : le cas des Maliens au Congo-Brazzaville. Revue Organisations & Territoires, 27(2), 75-89. https://doi.org/10.1522/revueot.v27n2.872
Rubrique
Articles