« Consommation collaborative » ou la rencontre improbable entre organisations, communautés et individus

  • Myriam Ertz Université du Québec à Chicoutimi

Résumé

Malgré la multiplication des études empiriques sur le sujet de la consommation collaborative, force est de constater que les bases conceptuelles et théoriques relatives à ce phénomène demeurent relativement faibles. Cette constatation est d’autant plus remarquable eu égard au fait que la jonction entre individus, organisations et communauté, qu’induit la consommation collaborative, a des répercussions profondes sur les circuits marchands conventionnels. Cet article vise à étoffer les fondements théoriques et conceptuels liés au concept de consommation collaborative en l’explorant sous l’angle plus circonscrit des pratiques de mutualisation et de redistribution de biens tangibles, appelées pratiques de seconde vie des objets. L’étude propose ainsi, tout d’abord, une définition de la consommation collaborative, suivie ensuite par l’introduction d’un cadre conceptuel dans lequel s’inscrit le sous-ensemble des pratiques de seconde vie des objets, avant de conclure sur l’impact du phénomène sur le processus du consommateur.

Publiée
2017-09-01
Comment citer
Ertz, M. (2017). « Consommation collaborative » ou la rencontre improbable entre organisations, communautés et individus. Revue Organisations & Territoires, 26(1-2), 151-164. https://doi.org/10.1522/revueot.v26i1-2.205
Rubrique
Articles