La consommation favorise-t-elle la mondialisation et ses conséquences?

  • Daniel Lemay Université du Québec à Chicoutimi

Résumé

La mondialisation est un sujet polarisant. Elle a toujours eu ses défenseurs et ses détracteurs. Bien que nous parlions de mondialisation depuis plusieurs décennies, elle n’a jamais été autant d’actualité que depuis ces derniers mois. Puisque la pandémie de la COVID-19 l’a ramenée de façon soudaine à l’avant-scène des questionnements éthiques et politiques, le présent article a pour objectif de présenter deux ouvrages portant sur la consommation responsable et sur les échanges marchands, soit celui de l’économiste Dani Rodrick et celui des chercheurs en marketing Myriam Ertz, Damien Hallegatte et Julien Bousquet. L’article vise tout particulièrement à mettre au jour leurs racines similaires, soit la conscientisation de plus en plus grande des enjeux globaux de consommation et de leurs répercussions. Selon ces deux ouvrages, même si la mondialisation n’a pas concrétisé toutes les promesses attendues, ses retombées pourraient être plus équitables pour l’ensemble des parties prenantes des différents systèmes impliqués dans les échanges marchands.

Publié-e
2020-12-01
Comment citer
Lemay, D. (2020). La consommation favorise-t-elle la mondialisation et ses conséquences?. Revue Organisations & Territoires, 29(3), 73-78. https://doi.org/10.1522/revueot.v29n3.1198
Rubrique
Dossier spécial