Ad machina: l'avenir de l'humain au travail http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina <p>La revue en ligne Ad machina est une publication scientifique pluridisciplinaire en libre accès ayant pour objet d’étude l'humain au travail. Dans une perspective d’accélération des progrès techniques et des transformations de la société, la revue publie&nbsp;des articles originaux provenant de divers domaines pertinents à l’étude du travail humain. Citons, sans s’y limiter, la gestion des ressources humaines, la psychologie, l’ergonomie, la santé et la sécurité, l’éducation, la sociologie, le management, l’économie et les technologies de l’information.</p> <p><strong>Direction de la revue</strong></p> <p>Eric Jean, Université du Québec à Chicoutimi, Canada</p> fr-CA eric.jean@uqac.ca (Eric Jean) jimmy_girard-nault@uqac.ca (Jimmy Girard-Nault) lun, 11 mar 2019 18:56:58 +0000 OJS 3.1.2.1 http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss 60 Révolution ou évolution? http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/922 Olivier Gagnon, Stéphanie Maillet, Éric Jean Copyright (c) 2018 Ad machina: l'avenir de l'humain au travail https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/deed.fr http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/922 sam, 01 déc 2018 00:00:00 +0000 Gestionnaires de projet dans les industries créatives : rôles et qualités recherchées http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/911 <p>Les industries créatives jouent un rôle de plus en plus important sur le plan socio-économique dans notre société. On qualifie de créatives les organisations qui oeuvrent au sein de ces industries. Celles-ci sont marquées par la présence d’une tension entre la gestion et la création. La documentation scientifique sur le management de ces organisations se concentre sur les travailleurs créatifs et principalement sur l’embauche des bonnes personnes pour ces postes. On aborde peu la question des gestionnaires de projet au sein de ces mêmes organisations. Cette recherche s’appuie sur l’étude de 11 cas (des agences de publicité), à l’intérieur desquels 35 entrevues semi-structurées ont été menées, pour comprendre le rôle et les qualités recherchées chez ces individus. Les résultats suggèrent dans un premier temps, que les gestionnaires respectent les rôles classiques en gestion de projet, mais qu’ils adaptent leurs pratiques afin d’être en adéquation avec la personnalité des travailleurs créatifs. Dans un deuxième temps, les résultats montrent qu’ils jouent un rôle crucial au sein des organisations créatives. Ceux-ci sont responsables de gérer la tension entre la gestion et la création, assurant ainsi la viabilité des organisations. Ils doivent préserver la créativité des travailleurs créatifs tout en respectant les demandes des clients. Les gestionnaires doivent donc, en plus de posséder des connaissances en gestion de projet, avoir la capacité de s’adapter et avoir une sensibilité au travail artistique. La contribution principale de cette recherche est d’amener une nuance à la perception classique du gestionnaire de projet, tant au niveau de son rôle, de ses qualités que de son importance dans les organisations en prenant appui sur le cas des organisations créatives.</p> Julie Bérubé Copyright (c) 2018 Ad machina: l'avenir de l'humain au travail https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/deed.fr http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/911 sam, 01 déc 2018 00:00:00 +0000 L’ amélioration des conditions de travail des aidants par le prisme de la conciliation des temps sociaux : vecteur d’un meilleur climat organisationnel et de la rétention des employés http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/915 <p>Cet article rend compte d’une recherche menée auprès d’un vaste échantillon de 1910 employeurs québécois par l’entremise d’une enquête électronique. Les résultats permettent de dégager les perceptions des employeurs à l’égard de la main-d’oeuvre proche aidante, ainsi que les mesures et les pratiques que ces employeurs déploient afin de s’ajuster aux besoins de leurs salariés et d’aider ces derniers à articuler leurs responsabilités de soins avec celles du travail, ces deux sphères étant des vases communicants. Les résultats évoquent les principales contraintes organisationnelles soulevées par les employeurs et qui constituent un frein à la mise en place de pratiques de conciliation travail-vie personnelle. Ceux ayant embauché des proches aidants au cours des cinq dernières années ont remarqué des effets bénéfiques pour les aidants ayant eu recours à des pratiques de conciliation : amélioration du moral, de la loyauté et de l’engagement organisationnel. Parallèlement, des effets négatifs sont observés, à savoir la surcharge de travail pour l’employé et la réduction salariale. Au final, les effets positifs perçus par les employeurs sont plus souvent évoqués que les effets négatifs. Quant aux effets organisationnels positifs découlant des mesures de conciliation offertes aux proches aidants, ceux-ci sont reliés à l’amélioration du climat organisationnel et à la réduction du taux de roulement et des coûts liés à l’absentéisme, effets positifs plus souvent évoqués que les conséquences négatives perçues que sont la surcharge de travail pour le supérieur immédiat et les collègues ainsi que l’impact financier lié aux pratiques de conciliation.</p> Mélanie Gagnon, Catherine Beaudry, Jenny Boies Copyright (c) 2018 Ad machina: l'avenir de l'humain au travail https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/deed.fr http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/915 sam, 01 déc 2018 00:00:00 +0000 Les transformations du travail à l’ère du numérique et de l’« économie collaborative » : pistes d’analyse et de réflexion http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/913 <p>L’émergence des plateformes numériques change fondamentalement la nature du travail, les façons de fonctionner des entreprises et l’organisation de l’activité productive, donnant naissance à ce qu’on appelle l’« économie collaborative ». Nous assistons, depuis quelques années, à l’émergence de grandes plateformes telles Uber, Airbnb ou Foodora, qui sont les plus connues; mais d’autres plateformes de service telles qu’Adèle sur demande émergent et sont présentes sur le territoire québécois. Que sait-on quant au nombre de ces plateformes et de leurs collaborateurs? Est-ce que l’ensemble de ces plateformes de services engendre les mêmes formes de travail? Les effets bénéfiques ou néfastes de ce type de travail sont-ils partagés par l’ensemble des travailleurs oeuvrant au sein d’une même plateforme? Partant de ces interrogations, le présent article propose une description réflexive et problématique des enjeux relatifs au travail dans le contexte de l’émergence de ce qu’on appelle l’« économie collaborative ». Dans un premier temps, nous examinons l’objet de recherche que sont les plateformes numériques en tant que nouvel acteur de l’économie contemporaine. Dans un deuxième temps, nous exposons les difficultés d’estimation et les limites d’analyse des nouvelles formes de travail effectuées par l’intermédiaire des plateformes. Dans un troisième temps, en tenant compte de l’état des études sur ce sujet, nous proposons des pistes de réflexion pour souligner la nécessité d’un programme de recherche interdisciplinaire sur ce phénomène en émergence.</p> Lyne Nantel, Mircea Vultur Copyright (c) 2018 Ad machina: l'avenir de l'humain au travail https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/deed.fr http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/913 sam, 01 déc 2018 00:00:00 +0000 La révolution 4.0 : le retour du pendule pour les travailleurs et travailleuses du XXIe siècle? http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/914 <p>Pour ce numéro thématique, les éditeurs nous posent cette question : « création de milieux de travail centrés sur l’humain ou essoufflement des travailleurs? » Pour y répondre, nous avons choisi d’aborder les défis concernant le travail et l’emploi pour la prochaine décennie, avec l’avènement de la révolution 4.0, ayant comme objectif de répondre à la question suivante : « Et si la révolution 4.0 s’avérait la période de retour du pendule pour les travailleurs du XXIe siècle? » Le discours sera articulé autour de trois enjeux reliés à la gestion des ressources humaines. Le premier, la réalité démographique, le deuxième, un besoin d’investissement et de formation et le troisième, le coeur de cet article, que le climat politique aura vraisemblablement une incidence sur la gouvernance nationale, régionale et locale, qui elle-même aura des impacts sur l’organisation du travail qui se reflèteront sur l’humain et son rapport au travail. Nous conclurons que la capacité d’agir des travailleurs et travailleuses et leurs représentants passera nécessairement par un diagnostic partagé sur la nature des problèmes et des solutions. Tout ce que l’on négociera tant avec l’employeur que les différentes instances politiques sera tributaire de la volonté de chacune des parties, à tout le moins de leur capacité à s’écouter et à se respecter.</p> Diane Gagné Copyright (c) 2018 Ad machina: l'avenir de l'humain au travail https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/deed.fr http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/914 sam, 01 déc 2018 00:00:00 +0000 Les dangers liés à l’instrumentalisation de la pleine conscience http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/916 <p>Au cours des dernières années, bon nombre d’interventions ont été implantées dans les organisations afin d’aider les employés à cultiver leur pleine conscience. Dans cet article, nous mettons en lumière les dangers liés à l’instrumentalisation de la pleine conscience en milieu de travail et déplorons le fait que les interventions soient souvent mises en place, non pas pour favoriser l’épanouissement et la qualité de vie des employés, mais plutôt pour optimiser le rendement et la motivation de ces derniers. Nous proposons également certaines pistes d’intervention afin que ces interventions prometteuses soient enseignées dans les organisations de manière plus conséquentes avec leurs objectifs.</p> Dominique Steiler, Cyril Tarquinio, Simon Grégoire, Lionel Strub, Ilios Kotsou Copyright (c) 2018 Ad machina: l'avenir de l'humain au travail https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/deed.fr http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/916 sam, 01 déc 2018 00:00:00 +0000 L’ ubérisation des services financiers, une tendance lourde http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/917 <p>L’avènement de l’Internet des objets connectés a causé dans le monde des services financiers une véritable révolution numérique. Cet article traite de la rupture des pratiques à la suite de l’avènement des plateformes numériques intelligentes dans le secteur des services financiers. En première partie, l’origine et la pertinence du phénomène sont explorées, le tout suivi d’un examen de l’état d’esprit d’un banquier traditionnel relativement aux nouveaux modèles d’affaires en train de perturber l’emploi. L’article se termine sur le désarroi des autorités réglementaires face au phénomène. Nos données prospectivistes fournissent les bases conceptuelles sur lesquelles sont fondés les nouveaux modèles d’affaires dans le secteur des services financiers. Les concepts sont originaux et intuitifs, mais basés sur des observations empiriques, sur les rapports du Forum économique mondial de Davos et sur l’analyse de nouvelles licornes dans la niche des services financiers. Le principal constat de l’article : nous sommes en présence d’un tsunami numérique qui fera disparaître des millions d’emplois dans le secteur des services financiers traditionnels.</p> Richard-Marc Lacasse, Berthe Lambert Copyright (c) 2018 Ad machina: l'avenir de l'humain au travail https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/deed.fr http://revues.uqac.ca/index.php/ad_machina/article/view/917 sam, 01 déc 2018 00:00:00 +0000